5 conseils pour survivre au collège et au lycée quand on est LGBT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

5 conseils pour survivre au collège et au lycée quand on est LGBT

Message par SweetAngel le Sam 20 Sep 2014 - 11:40

Plus d'angoisse à avoir, Yagg répond à toutes tes questions.



Rentrée oblige, le doux temps des coquillages, des crustacés et des plages abandonnées est derrière toi. Mais retourner à l’école ne rime pas forcément avec enfer au quotidien si tu appliques ces quelques petits conseils.

1. Repère les allié.e.s.
Tu es lesbienne, gay, bi.e ou trans’ (LGBT) et tu penses être seul.e au monde comme Will Smith dans Je suis une légende? Tu as tort. Et souviens-toi que le fait d’être homo, bi.e ou trans’ n’est pas une maladie rare dont tu serais la seule victime à force d’avoir trop regardé Bob l’éponge et La Reine des neiges (même si, vu la relation qui unit Bob et Patrick et le fait que la reine Elsa n’épouse pas de prince, ces œuvres ont pu te rendre… ahem… spécial, quoi).



Quelle que soit la taille de ton établissement, il y a forcément un.e autre élève, ouvert.e d’esprit, prêt.e à t’écouter et à te parler aussi. Pour trouver ton alter ego, n’hésite pas à placer en cours d’anglais ou d’espagnol des répliques issues de séries et de films où des personnages LGBT jouent des rôles importants. Fais pareil en cours de français avec les grandes œuvres de la littérature (indice: Rimbaud et George Sand sont tes ami.e.s). Ton incroyable culture aura beau ennuyer tes camarades, elle ne pourra que provoquer plaisir et émerveillement chez tes enseignant.e.s ébahi.e.s devant l’étendue de ton savoir.



Si tu décèles dans la pupille de quelques autres élèves une lueur de compréhension, le tour est joué: intègre-les à ta vie sociale à la prochaine récré. Et si personne ne capte, il ne te reste plus qu’à opter pour une autre œuvre d’art chargée de symbolique LGBT. Tu peux aussi devenir ami.e avec des personnes hétérosexuelles cisgenres. D’après une étude américaine, il y en a beaucoup. N’hésite pas à glaner des idées pour les amadouer dans ce guide de survie à un week-end avec des hétéros.

Bonus: Pour ta gouverne, sache que c’est en citant des répliques de Un, Dos, Tres pendant un cours d’espagnol que l’auteur de ces lignes a affûté son gaydar en terminale. Efficacité prouvée.

2. Reste toi-même.
Maintenant que tu as des ami.e.s (ou pas), il est primordial que tu ne cherches pas à devenir quelqu’un d’autre pour leur plaire. On te reproche d’être un garçon manqué ou de parler comme une fille? Si tu as un micro sous la main, entonne So What de P!nk pour clouer le bec à ces personnes qui veulent te contrôler. Si l’alimentation électrique vient à manquer ou que, comble de malchance, tu as oublié ton micro chez Mamie, tu as le droit de te lancer dans une diatribe mémorable dans laquelle tu feras valoir ton droit au respect. Le message à faire passer, c’est que personne n’a le droit de contrôler ta façon de parler ou de bouger (à condition que tu n’abuses pas des gros mots et que tu t’abstiennes de cogner tes camarades). «La diversité est une richesse, rappelle le Collectif éducation contre les LGBTphobies. Sois fièr.e de ce que tu es, sans provocation.»

D’ailleurs, si tu t’aperçois qu’on reproche à un.e autre élève de ne pas se conformer aux stéréotypes de genre (en gros, on reproche à une fille d’agir comme un garçon ou à un garçon de se comporter comme une fille), on ne peut que t’encourager à prendre sa défense. C’est peut-être un.e allié.e (cf. ci-dessus). Et il n’y a d’ailleurs aucun mal à courir comme une fille, ça n’a rien d’une insulte.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Always #CommeUneFille

3. Tu as le droit d’avoir des secrets
Être soi-même quand on est lesbienne, gay, bi.e ou trans’ ne signifie pas qu’on doive obligatoirement avoir un cartable arc-en-ciel et un Petit Poney dans ses affaires (mais si c’est le cas, la Yagg Team t’embrasse chaudement). «Chaque personne a droit de garder pour elle ce qui relève de l’intime, de la vie privée, insiste le Collectif éducation contre les LGBTphobies. À toi de choisir ce que tu dis… ou pas!»

4. En cas de problème, contacte un.e adulte.
Un problème commence dès lors que les choses ne tournent pas rond. Ainsi, l’absence de licornes dans ton établissement est absolument normale depuis le Grand Exode Pailleté. En revanche, les insultes, les brimades, les coups et les humiliations sont des problèmes et méritent d’être évoqués auprès d’un.e adulte qui pourra aider à améliorer la situation. La communauté éducative est tenue au secret professionnel, rappelle le Collectif éducation contre les LGBTphobies. Tu peux donc parler sans crainte.

Figure-toi que les enseignant.e.s, les surveillant.e.s, les infirmièr.e.s, les directeurs/trices, les CPE, bref, l’ensemble des personnels d’un établissement scolaire, ont des émotions, des sentiments, des ami.e.s, une famille, voire une vie sexuelle, aussi étrange que cela puisse paraître.



Il y a des chances pour que l’un.e d’entre eux/elles soit lesbienne, gay, bi.e ou trans’, ou se soit renseigné.e à ce sujet. «Regarde dans quel lieu (salle de classe, bureau de vie scolaire, CDI, infirmerie…) on trouve des affiches, des dépliants, les cartes mémos de la ligne Azur, voire un autocollant arc-en-ciel», recommande le Collectif éducation contre les LGBTphobies. Tu peux aussi demander la venue d’associations extérieures pour qu’elles interviennent dans ton établissement. Le Collectif recommande notamment la Ligne Azur, SOS homophobie, le Mag, Estim’, Contact ou le Refuge.

5. Vis ta vie d’ado.
Être un.e ado lesbienne, gay, bi.e ou trans’ ne doit pas t’empêcher d’être un.e ado tout court. Tombe amoureux/se, fais tout pour récupérer le chewing-gum de l’être aimé et placer ce doux morceau de gomme mâchouillée dans un écrin au centre d’un autel que tu auras bâti à son effigie dans ton placard.



En revanche, évite de le mâcher à ton tour: l’être aimé peut avoir la mononucléose.

Renseigne-toi sur la crise d’adolescence et sur les sales coups que tu peux faire à tes parents sous prétexte de crise d’adolescence. Lis le guide pour survivre à ses parents. Contribue à rendre le monde plus beau en faisant part de tes idéaux ou de ton quotidien via un blog Yagg. Présente-toi aux élections pour devenir délégué.e. Crée ton propre groupe de chant pour rivaliser avec le Glee Club et les protagonistes de Hit Girls. Si tu as des relations sexuelles, protège-toi. Et surtout, n’aie pas peur: ce ne sont peut-être pas les années les plus faciles de ton existence, mais on y survit.



Des questions ou des conseils supplémentaires? On en parle dans les commentaires.

Photos et illustrations Capture et gifs (Bob l’éponge, Hermione Granger, grands yeux, Eh! Arnold, Mean Girl)

Publié par Julien Massillon

Source : http://yagg.com/2014/09/18/5-conseils-pour-survivre-au-college-et-au-lycee-quand-on-est-lgbt/


"Pour vivre heureux, vivons cachés"

"Dans la main d'un ami, il faut déposer sa confiance ; dans son âme, sa compréhension ; sur ses lèvres, son sourire ; devant ses yeux, une rose ; près de lui, sa présence et son aide ; et dans son cœur, le bonheur de son amitié."
avatar
SweetAngel
Admin
Admin

Messages : 20782
Date d'inscription : 03/08/2010
Age : 37
Localisation : Seine-et-Marne

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum