C’était il y a 30 ans… les années Gai Pied

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

C’était il y a 30 ans… les années Gai Pied

Message par SweetAngel le Lun 15 Sep 2014 - 19:07

Septembre 1990, Un nouveau collectif





Logo de la Maison des Homosexualités

Le 24 septembre 1990 se tient à Paris une réunion de travail d’un Collectif des associations homosexuelles et de lutte contre le sida, qui rassemble la plupart des acteurs communautaires parisiens. Tous ou presque sont là : Act Up-Paris, Arcat-Sida, Positifs, le projet Ornicar, Aparts, SOS Ecoute gaie, les Gais Pour les Libertés, Homosexualités & Socialisme, le Rhif, FG, les Gais Retraités, le MAG, David & Jonathan, le Gage, le Beit Haverim, Santé et Plaisir Gai, le Patchwork des Noms, Agora, le CRIPS… Le sujet du jour : le collectif doit-il se constituer en association pour constituer un centre gai à Paris ?
Un tel centre existe déjà à New York (depuis 1984) ou Londres (1986). A Paris, ce projet affronte celui d’une « maison du sida », alors que la ville constitue la capitale européenne la plus touchée par la maladie. Les positions sont très difficiles à concilier, alors même que Dominique Charvet et l’Agence Française de Lutte contre le sida sont disposés à financer l’une ou l’autre des initiatives. Le 23 mars, Michèle Barzach, chargée de la question sida au sein de la Mairie de Paris, avait déjà tenté de réunir les associations, en vue de bâtir un  projet commun. En vain.
Un collectif s’est néanmoins créé, devant l’urgence de la situation. A Paris, 65% des malades du sida sont homosexuels. Ils ont besoin d’une « maison des gais » où ils pourront parler de leur séropositivité, trouver de l’information… Les travaux de réflexion se multiplient et Thierry Meyssan (Projet Ornicar) et Jean Le Bitoux (Arcat-Sida) finissent par proposer des statuts pour une fédération d’association, en vue de la création d’un centre gai. Las, ce projet est désapprouvé par la plupart des membres du collectif, qui craignent un manque de libertés pour les associations membres et, disons-le, se méfient de ses promoteurs…
Coup de théâtre pourtant le 7 décembre : soutenu par Aides Paris Ile-de-France et son représentant, Dominik Le Fers, Jean Le Bitoux tente un coup de force et annonce l’ouverture prochaine d’un centre gai expérimental. Il a même choisi de l’installer dans un lieu mythique, l’appartement de Frédéric Edelmann du 25 rue Michel-Lecomte, qui a déjà vu naître l’association Aides en 1984. Tout se fait un peu dans la précipitation, sans même que l’AFLS soit prévenu ni ne reçoive la moindre demande de subvention. L’Agence jouera néanmoins le jeu et financera immédiatement cette initiative, structure communautaire certes, mais qui, en favorisant une meilleure intégration des homosexuels, permettra de promouvoir une prévention qui s’essouffle, et de soutenir les malades, trop souvent rejetés par le milieu gai.
Frank Arnal dénonce un putsch, Didier Lestrade est furieux. Une fois de plus, Jean Le Bitoux n’en a fait qu’à sa tête, s’est approprié un projet qui n’était pas le sien à l’origine, et a pris la tête d’un petit groupe, en « oubliant » de prévenir la plupart des associations partie prenante. La machine est néanmoins lancée. Le lieu ouvre dès le 10 décembre, sans structure légale : il sera porté pendant plus de 2 ans par une autre association, le Civis, sans que la Maison des Homosexualités (nom finalement donné au projet dans les jours qui ont suivi) soit elle-même jamais constituée en association…
Un an plus tard, l’AFLS financera une nouvelle Maison des Homosexualités, à Lyon cette fois, autour de l’association Aris. L’occasion pour Françoise Varet, représentante de l’AFLS, d’expliquer l’intérêt de la structure : « L’insertion sociale des homosexuels est une condition essentielle pour l’adoption de comportements de prévention. Dire son homosexualité en province reste difficile. Notre but est de donner un lieu où les homosexuels puissent s’exprimer et rencontrer des acteurs de prévention. […] En incitant à la mise en évidence des associations homosexuelles, nous espérons être un levier pour l’engagement des élus locaux, réticents à se mobiliser sur ces thèmes. »
Et peu à peu, d’autres villes se lanceront à leur tour : Tours, Bordeaux, Rennes, Nantes Marseille. A Paris, la MH aura du mal à mobiliser le grand public et se révèlera avant tout un lieu inter-associatif. Une bibliothèque est ouverte, grâce à l’appui du ministère de la Culture ; tous les mois paraît le Gai Bulletin ; une ligne d’écoute est mise en place… Mais le lieu n’est pas adapté à recevoir du public. Il est surtout parasité par ses querelles internes et ses conflits de personnes ; Thierry Meyssan, engagé comme directeur, doit finalement démissionner en avril 1991.  Il faudra attendre la constitution du CGL, en mars 1993, et surtout son installation au 3 rue Keller, le 1er avril 1994, pour que les lesbiennes et les gais parisien trouvent enfin le lieu d’accueil et de soutien qu’elles-ils attendaient depuis des années…


Chronique parue initialement dans la lettre d’information Genres du mois de septembre 2014. Avec l’aimable autorisation du site Gayvox.fr. © webscape SAS
Sources : Gai Pied Hebdo n° 440 (18 octobre 1990), n°448 (13 décembre 1990)…
Le mois prochain : Octobre 1990, Les secrets de la forêt de Rambouillet.


 PS : l’histoire détaillée de la Maison des Homosexualités et du Centre (Gai & Lesbien puis LGBT Paris Ile-de-France) est toujours disponible au bar du Centre, 63 rue Beaubourg, 75003 Paris

La première équipe de la Maison des Homosexualités, devant le 25 rue Michel-Lecomte


Publié par Tom75

Source : http://thd75010.yagg.com/2014/09/12/septembre-1990-un-nouveau-collectif/


"Pour vivre heureux, vivons cachés"

"Dans la main d'un ami, il faut déposer sa confiance ; dans son âme, sa compréhension ; sur ses lèvres, son sourire ; devant ses yeux, une rose ; près de lui, sa présence et son aide ; et dans son cœur, le bonheur de son amitié."
avatar
SweetAngel
Admin
Admin

Messages : 20782
Date d'inscription : 03/08/2010
Age : 37
Localisation : Seine-et-Marne

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum