PMA: Des médecins favorables à l’ouverture aux couples de femmes mais sans prise en charge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

PMA: Des médecins favorables à l’ouverture aux couples de femmes mais sans prise en charge

Message par SweetAngel le Dim 10 Aoû 2014 - 19:34

C'est ce que révèle une étude réalisée avec la collaboration d’organisations professionnelles de médecins généralistes, de gynécologues médicaux et de gynécologues-obstétriciens.



Les premiers résultats d’une étude menée auprès du corps médical concernant l’assistance médicale à la procréation (AMP, souvent appelée PMA) pour les couples de femmes viennent d’être publiés dans la Revue d’Épidémiologie et de Santé Publique. En 2013, un questionnaire a été communiqué à des organisations professionnelles de médecins généralistes, de gynécologues médicaux et de gynécologues-obstétriciens qui l’ont transmis à leur adhérent.e.s, invité.e.s à dire s’ils/elles ont été consulté.e.s par des couples de même sexe avec un projet parental entre 2011 et 2012 et à donner leur avis sur l’AMP. 270 médecins ont participé à l’étude qui montre aujourd’hui que les professionnel.le.s de santé semblent globalement prêt.e.s à l’ouverture de ce droit pour les couples de femmes.

PLUS DE MILLE COUPLES HOMOS ENTRE 2011 ET 2012
L’étude menée par Pierre Jouannet et Alfred Spira montre que 60% des médecins et des gynécologues ayant répondu à l’enquête sont favorables à l’ouverture de la PMA en France (31,5% pensent qu’elle ne devrait pas être accessible, 3,5% ne savent pas ou hésitent et 5% ne se sont pas prononcé.e.s). Leur avis est toutefois plus réservé concernant la prise en charge de cette pratique médicale: «45,5% ont estimé qu’elle devrait être prise en charge totalement par les caisses d’assurance maladie, 25% partiellement et 27,5% ont déclaré qu’elle ne devrait pas être prise en charge».

Au total, 191 médecins et gynécologues (soit 70% des personnes ayant répondu au questionnaire) ont été consulté.e.s par 1040 couples de même sexe (462 en 2011 et 578 en 2012), dans la très grande majorité des cas des couples de femmes: «La presque totalité des médecins a été consultée pour la réalisation d’une AMP à l’étranger et beaucoup moins souvent pour une AMP réalisée en France. Plus d’un tiers des médecins a vu des couples qui envisageaient une procréation naturelle et près de 50% qui prévoyaient des inséminations réalisées par la femme elle-même. Les médecins ont été peu consultés avant de recourir à une gestation pour autrui.»

Pour les deux chercheurs, cette étude, fondée sur le volontariat et donc à interpréter avec prudence, «confirme que de nombreux couples de femmes homosexuelles souhaitaient devenir parents et consultaient leurs médecins à ce sujet avant même que la loi légalisant le mariage de personnes de même sexe ait été adoptée en France.»

DES PROFESSIONNEL.LE.S SENSIBILISÉ.E.S
Pour la sociologue Martine Gross, plusieurs enseignements sont à tirer des résultats de cette recherche: «On voit que dès lors que des médecins côtoient des couples de femmes, leur opinion sur l’homoparentalité va évoluer, constate-t-elle auprès de Yagg. Cela fonctionne de la même manière dans l’ensemble de la société. Connaître des personnes homosexuelles va entraîner une meilleure perception. De fait, on peut voir que les généralistes sont plus favorables que les gynécologues, car ce sont eux qui reçoivent plus souvent et régulièrement leurs patientes.» Quant au clivage sur la prise en charge par la sécurité sociale de l’aide à la procréation pour les couples de femmes, la sociologue y voit la persistance d’une norme: «Les médecins y sont profondément attachés et affirment qu’il n’y a pas d’indication médicale pour les couples homosexuels à bénéficier d’une aide. Ils n’ont pourtant pas autant de problèmes quant il s’agit d’un couple hétérosexuel avec un problème d’infertilité, car ils continuent d’avoir le sentiment que la médecine apporte une solution au problème de fertilité, alors que ce n’est pas le cas», analyse Martine Gross.

LA SOCIÉTÉ EST PRÊTE
La sociologue soulève un autre aspect positif: très peu de médecins ont préféré répondre de manière anonyme au questionnaire, ce qu’elle qualifie de posture presque militante, notamment parce que certain.e.s ont même été jusqu’à participer à une AMP pour un couple de femmes sur le territoire français (9 médecins soit 5 % des 191 médecins consulté.e.s par des couples de même sexe): «On ne sait pas de quel type de PMA il s’agissait, donc on ne peut pas savoir à quel point ces professionnel.e.s se sont mis à la limite de la légalité». Cette étude montre-t-elle finalement que l’ouverture de l’assistance médicale à la procréation pour les couples de femmes relève de la santé publique et aurait dû naturellement accompagner l’ouverture du mariage et de l’adoption? «Ça me semble logique, renchérit Martine Gross, les médecins sont prêts, la société est prête, il n’y a que quelques enragé.e.s de la “Manif pour tous” qui ne défendent qu’eux-mêmes pour continuer de s’y opposer. Sans oublier que l’enquête a été faite auprès des médecins, elle ne montre donc pas certains aspects comme celui des femmes qui cherchent des donneurs via internet, celles qui mettent en danger leur santé parfois. Cela représenterait certainement alors un argument très fort en faveur de l’ouverture de ce droit.»

Illustration Fabien Guenot

Publié par Maëlle Le Corre

Source : http://yagg.com/2014/08/08/pma-des-medecins-favorables-a-louverture-aux-couples-de-femmes-mais-sans-prise-en-charge/


"Pour vivre heureux, vivons cachés"

"Dans la main d'un ami, il faut déposer sa confiance ; dans son âme, sa compréhension ; sur ses lèvres, son sourire ; devant ses yeux, une rose ; près de lui, sa présence et son aide ; et dans son cœur, le bonheur de son amitié."
avatar
SweetAngel
Admin
Admin

Messages : 20782
Date d'inscription : 03/08/2010
Age : 37
Localisation : Seine-et-Marne

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum