Icônes lesbiennes de la musique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Icônes lesbiennes de la musique

Message par Cherry Bomb le Lun 26 Sep 2011 - 9:15

Icônes lesbiennes: Ces musiciennes qui nous font craquer


Par Rédaction vendredi 02 septembre 2011, à 15h19

Beth Ditto
Elle
est big (elle-même dit volontiers «fat»), elle est out, elle est
fière. Et c'est une diva rock comme on n'en avait pas vu depuis
longtemps. Cette fille est capable de balancer à toute une salle de
concert, en français mâtiné d'accent américain, «J'aim' leuh chatte!» et
de finir par dix minutes a capella de Heavy Cross en
escaladant les gradins au grand dam de toute une équipe de bodyguards
effarés. Beth Ditto, c'est bien simple, elle est démente!

Kathleen Hanna
Féministe engagée, musicienne hors pair, Kathleen Hanna est probablement la riot grrrl
la plus célèbre, LA figure de proue de ce mouvement rock du début des
années 90 qui remit les femmes sur le devant de la scène musicale. On
l'aime pour les textes percutants et les beats féroces de Bikini Kill,
puis du Tigre. Deux groupes cultes! Elle a récemment repris son projet
solo, Julie Ruin.

Pink
Les
baisers langoureux sur la bouche avec des femmes capturées par des
paparazzi au cours de soirées arrosées, un look d'enfer, un goût
prononcé pour les motos et une chanson où elle crie à la face du monde:
«Iiiiii' m coooming ouuut !» (Let's get the party started) et
il n'en a pas fallu plus pour que Pink devienne dès ses débuts l'une
des chouchoutes de notre communauté. Ses textes engagés, plein de
sensibilité et souvent à contre-courant de l'imagerie bien-pensante
américaine ont fini de bâtir le personnage. Même si elle est mariée avec
un pilote automobile tatoué, Pink a embrassé à pleine bouche l'actrice
bisexuelle Kristanna Loken (Paige dans The L Word) lors des MTV Awards en 2003 et a reconnu avoir eu une petite amie à l'âge de 13 ans.

Ani DiFranco
Quand dans Glee,
le personnage joué par Gwyneth Paltrow évoque ses expériences
lesbiennes durant l'adolescence, ça donne: «j'étais dans un lycée 100%
féminin, et la seule industrie de la ville était une usine d'équipement
de softball. Encore aujourd'hui, j'ai un petit frisson lorsque j'entends
Ani DiFranco...» C'est vous dire si, aux Etats-Unis, l'œuvre d'Ani
DiFranco évoque le lesbianisme! Ouvertement bi, la chanteuse de folk
nous a charmé avec des textes autobiographiques qui évoquent le sexisme,
le racisme, l'homophobie... Une artiste sensible.

Sharleen Spiteri
De son look légèrement androgyne veste en jean sur le paletot et guitare à la main période I don't Want a Lover, à son travestissement en Elvis -tenue en cuir comprise- pour Inner Smile et la cover de Suspicious Mind,
la chanteuse de Texas a toujours eu ce petit je ne sais quoi
indescriptible pour nous toucher et nous... énerver quelque peu, grrr!
Ah, pogoter sur Summer Son en pensant très fort à son
débardeur (Je confirme ^^ ), rien de tel pour bien débuter une soirée! Quant à sa
capacité à lancer à un Bercy plein à craquer, tee-shirt borduré rainbow flag à l'appui et voix bien grave: «Me, a french girlfriend?... Mmmm... No...», on ne s'en est pas encore remises.

Catherine Lara
On
se souvient -forcément- de sa réponse culottée à Michel Denisot, qui
lui demandait «Qu'est-ce que vous regardez en premier chez un homme?».
Réponse: «Sa femme». Dès les années 80, la chanteuse n'hésite pas à
évoquer son attirance pour les femmes. Une précurseuse. Dans son
autobiographie, sortie en début d'année, elle revient sur son histoire avec Muriel Robin, puis s'affiche avec sa compagne dans les pages de Paris Match.
Mais quand on lui parle d'homoparentalité, Catherine Lara se démarque
et nous surprend: «C'est le côté "maman et maman" qui me gêne.»




KD Lang
La
plus butch des chanteuses country canadiennes, Kathryn Dawn Lang, a
toujours été une militante de la cause LGBT. Ayant dit très tôt son
homosexualité -dès le début des années 1980 au magazine The Advocate-
elle n'a depuis jamais manqué une occasion de défendre les droits des
gays et des lesbiennes tout en menant une carrière riche, parsemée de
nombreux prix et marques de reconnaissances du public et de la
profession. Elle a par exemple aussi bien chanté lors des cérémonies
d'ouverture des Jeux olympiques que des Outgames. Elle est également
l'une des ex célèbres de Martina Navratilova.

Je ne peux me retenir d'ajouter ces reprises de Léonard Cohen et Roy Orbison :




JD Samson
Au sein du groupe Riot Grrrl Le Tigre,
elle nous bluffait avec sa musique, ses textes engagés, son rap, son
look... Aujourd'hui à la tête du groupe electro-queer Men, JD Samson continue de produire des petites bombes, et des clips sans concession.


Melissa Etheridge
Melissa Etheridge, c'est bien sûr des airs folk imparables. Like The Way I do, Come to My Window, Lucky...
C'est aussi un coming out. En 1993, elle sort du placard lors d'une
cérémonie homo qui célèbre l'entrée en fonction d'un Bill Clinton tout
juste élu (voir la vidéo).
Depuis, elle n'a cessé de militer pour les droits des lesbiennes et des
gays, et a courageusement rendu publique sa bataille contre un cancer
du sein.

Tegan & Sara
Nos
jumelles monozygotes préférées. Avec déjà six albums à leur actif, les
deux canadiennes (ouvertement homos) ont réussi à nous conquerir à coup
de riffs puissants et de mélodies tendres.

Juliette
«J'ai un côté garçon manqué, et je me trouve assez réussie comme garçon!», nous confiait Juliette en février dernier.
La chanteuse est un cas à part dans le milieu parfois un peu trop lisse
de la chanson française. Dans ses chansons, Juliette parle
d'homosexualité, de garçonnes, et ne fait pas mystère de son orientation
sexuelle. Le tout avec une tendresse et une subtilité qui nous
touchent. Une grande artiste.

Allez hop petite interview :


Joan Jett
Souvent citée comme une des influences du mouvement Riot Grrrl,
elle inspire, encore aujourd'hui, nombre de musiciennes. A la fin des
années 70, Joan Jett, explose au sein des Runaways, un des tout premiers
groupes de rock entièrement composé de filles à avoir connu un succès
mondial. Depuis, l'épopée Runaways a été adaptée
sur grand écran, avec Kristen Stewart (miam!) dans le rôle de la
rockeuse. Joan Jett continuera ensuite en solo, avec quelques méga hits à
la clé: I love Rock'n'Roll, Bad Reputation, Touch Me... Excusez du peu!

Pour le plaisir ^^ "Do you wanna touch me" :



Mylène Farmer
Pour
certaines, c'est un ami gay qui leur a fait découvrir. D'autres ont été
attirées par le look masculin-féminin de la belle rousse, ou par
l'ambiance gothique de ses chansons. Il faut dire qu'au début de sa
carrière, Mylène Farmer s'amuse avec les codes lesbiens. Cheveux courts,
elle s'habille en homme dans Libertine et Pourvu qu'elles soient douces, se demande pourquoi elle n'est pas un garçon dans Sans contrefaçon, prend un bain avec des femmes dans le clip de Libertine... Et ça a tout pour nous plaire!

Sarah Bettens
En
plus de composer des mélodies irrésistibles avec son groupe K's Choice,
cette jolie Belge a toujours eu une sérieuse tendance à déclencher
notre gaydar. Après la pause (en 2002), puis la reformation de son
groupe (en 2009), elle mène désormais de front sa carrière solo et celle
de K's Choice Si vous avez envie de l'apercevoir, le rendez-vous est
donné pour le 13 décembre pour un concert acoustique de K's Choice à
Paris.

Indigo Girls
Relativement
peu connues en France, les Indigo Girls sont pourtant un de ces groupes
lesbiens iconiques aux Etats-Unis. Avec pas moins de 12 albums au
compteur, Amy Ray (la brune) et Emily Saliers (la blonde) ont réussi une
carrière d'une longévité impressionnante (un quart de siècle), tout en
gardant une réputation d'artistes ultra intègres, qui préfèrent rester
fidèles à leurs principes plutôt que de mettre de l'eau dans leur vin
pour vendre plus de disques.

Peaches
Elle
est à la fois déjantée, drôle, brillante, femme forte, extravagante...
Depuis le début des années 2000, la Canadienne nous réjouit avec ses
beats énergiques, son univers coloré, ses lives allumés et
ultra-énergiques, ses revendications sexuelles («I don't have to make a
choice, I like girls and I like boys», je n'ai pas à faire de choix,
j'aime les filles et les garçons). Et on en redemande!




Tracy Chapman
Quand elle n'est pas en train de parler d'une révolution (Talkin' bout a Revolution), Tracy Chapman se fait des virées en voiture (Fast Car), nous raconte des histoires (Telling Stories) et nous demande si elle peut nous serrer dans ses bras (Baby Can I Hold You).
Nous, on est prête à lui dire «oui» et à la suivre partout! Récompensée
à de multiples reprises et plébiscitée par la critique, cette artiste
out continue de séduire avec sa guitare acoustique et sa voix de
velours, près de 25 ans après le début de sa carrière.



SOURCE: Têtue
avatar
Cherry Bomb
inoubliable
inoubliable

Messages : 792
Date d'inscription : 28/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Icônes lesbiennes de la musique

Message par Rock le Lun 26 Sep 2011 - 14:55

pour ces découvertes.

Je connais seulement Mylène farmer.
avatar
Rock
inoubliable
inoubliable

Messages : 3916
Date d'inscription : 27/09/2010
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: Icônes lesbiennes de la musique

Message par Invité le Mer 18 Jan 2012 - 14:31

Oshen I love you

Wiki nous dit que :
Parisienne de naissance, étudiante en Lettres à la Sorbonne elle devient à 20 ans marseillaise d'adoption (elle joue d'ailleurs des clichés sur ces deux villes dans sa chanson Les Marseillais). Elle travaille à la salle de concert marseillaise Le Moulin où elle programme Opossum, le premier groupe d'Anaïs. Elle sort son premier album Don Juan en 2005 chez V2 Music.

Son deuxième album, Je ne suis pas celle sort le 21 mai 2007 et sera réalisé par Vincent Ségal (Bumcello, -M-, Jeanne Cherhal, Piers Faccini). Cyril Atef, DJ Shalom, Thibault Frisoni (guitares), Julien Tamisier (piano, synthétiseurs), Jeff Boudreaux (batterie) y ont également participé. Libération l'a surnommée La sociologue du plumard et on a tendance à lui coller, un peu facilement, cette étiquette.

En 2009 elle fait une pause musicale et retrouve les planches du
théâtre; elle écrit et joue dans son premier seul en scène
humoristique : "Océanerosemarie, la lesbienne invisible".
Océanerosemarie rencontre un franc succès et affiche complet pendant un
an et demi à Paris, 4 fois par semaine. Commence alors la tournée du
spectacle en province.

Le 26 mars 2010, après 1 an sans concert, parce que la tournée « Je
ne suis pas celle » était finie et que son One Woman show lui prenait
tout son temps, Oshen décide de terminer l'enregistrement de ses
nouveaux morceaux en studio et lance le pré-achat de son 3ème album, la
fin de l'année 2010.



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Icônes lesbiennes de la musique

Message par sofi le Mer 18 Jan 2012 - 15:18

Beth ditto magnifiquement déjantée sur scène ,je l'ai vu au festival des vieilles charrues,une bombe énergique qui bouge tel un electron^^ j'ai adorée...
Sharleen Spiteri géniale^^
et Tracy Chapman voix magnifique que j'adore^^
avatar
sofi
inoubliable
inoubliable

Messages : 2149
Date d'inscription : 20/05/2011
Age : 46
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Icônes lesbiennes de la musique

Message par Belette le Mer 1 Fév 2012 - 20:36

Trop bien ce topic, certains que je connaissais bien sur (totalement dingue de Mylene tjrs avec les derniers, juliette etc...) mais aussi des découverte notamment rock moi qui adore ces sons, je vais revenir, creuser, piocher c'est sur.

Milles mercis
avatar
Belette
inoubliable
inoubliable

Messages : 1395
Date d'inscription : 30/07/2011
Age : 41
Localisation : Auvergne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Icônes lesbiennes de la musique

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum